Incarcéré au centre pénitentiaire de Saint-Aubin-Routot, un détenu a exprimé le souhait de « boire le sang de la juge » de l’application des peines et de « baliser sa voiture ».

Kévin Audel promet que « c’était juste des mots ». Tout en précisant : « J’étais énervé certes, mais je n’aurais pas dû ».

IncarcĂ©rĂ© depuis 2015 l’homme purge une peine de 5 ans de prison ferme pour un trafic de stupĂ©fiants. Avec 25 condamnations au compteur, il a Ă©tĂ© transfĂ©rĂ© de Rouen Ă  Saint-Aubin-Routot suite Ă  un incident. La prĂ©sidente le lui rappelle : Une surveillante du centre pĂ©nitentiaire de Rouen se promenait dans la rue avec son enfant quand deux hommes lui ont tendu un tĂ©lĂ©phone portable. Sur l’écran, en « visio », elle a reconnu le visage de KĂ©vin Audel. Son avocat rĂ©torque qu’il n’a jamais Ă©tĂ© poursuivi dans cette affaire.

Le tribunal correctionnel du havre condamne le détenu a une peine de quatre mois de prison supplémentaire pour ses propos envers la juge.

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00

Plus d’infos sur Paris Normandie