Ce principe est pourtant inscrit dans le Code pĂ©nal depuis 1875, l’encellulement individuel n’est pas respectĂ© en France, la preuve avec le centre pĂ©nitentiaire d’Aix-Luynes, l’Ă©tablissement est neuf mais ne pourra pas tenir cette promesse.

Selon l’Express l’administration pĂ©nitentiaire a demandĂ© aux sociĂ©tĂ©s chargĂ©es des amĂ©nagements intĂ©rieurs d’installer un second lit, superposĂ©, dans la plupart des cellules de 9 mètres carrĂ©s.

Toujours selon le journal, « Avant mĂŞme que le chantier soit livrĂ©, l’exigence d’un seul prisonnier par cellule Ă©tait dĂ©jĂ  laissĂ©e de cĂ´tĂ©. On peut se demander comment elle pourra ĂŞtre satisfaite au vu de l’augmentation constante du nombre de dĂ©tenus au niveau national. »

Avec ces nouveaux bâtiments, le site d’Aix-Luynes devient le troisième plus grand centre pĂ©nitentiaire de France, après Fleury-MĂ©rogis et Fresnes. De fait, avec le transfert progressif des dĂ©tenus des anciens locaux vers les nouvelles constructions, difficile d’Ă©valuer son futur taux d’occupation. Cela d’autant plus que l’ensemble doit aussi accueillir des personnes dĂ©tenues jusqu’Ă  prĂ©sent aux Baumettes, Ă  Marseille.

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00