«Préparez trois cercueils !» Cet appel passé le lundi 16 avril à la prison de Seysses a été très mal vécu par les trois surveillants du quartier disciplinaire en poste le jour du suicide de Jaouad S.

Ce suicide, dont certains estimaient qu’il s’agissait d’un meurtre dĂ©guisĂ©, avait provoquĂ© trois nuits d’Ă©meutes dans le quartier de la Reynerie.

JugĂ© par le tribunal correctionnel de Toulouse, en audience de comparution immĂ©diate, l’homme de 25 ans, Ă  l’origine du coup de fil, fait moins le malin. Le procureur relate : « Il est chez lui, tranquillement et va tranquillement prendre son tĂ©lĂ©phone ! Les agents ne sont pas payĂ©s pour ĂŞtre menacĂ©s de manière aussi caractĂ©risĂ©e. » Il requiert 1 an de prison et son maintien en dĂ©tention.

L’homme, avec dĂ©jĂ  16 condamnations au casier judiciaire , a Ă©copĂ© de huit mois de prison ferme mais n’a pas Ă©tĂ© maintenu en dĂ©tention. Il devra verser 700 € Ă  chacun des agents.

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00

La dépêche

Publicités