Le meurtrier de Vanina, jeune femme de 19 ans tuée à coups de couteau dans la nuit du 2 au 3 mai a été diagnostiqué. Ce dernier a été jugé trop dangereux pour être admis à l’Etablissement de santé mentale de La Réunion et a été incarcéré en cellule d’isolement à la prison de Saint-Denis.

Pourtant l’homme a Ă©tĂ© diagnostiquĂ© schizophrène et selon Vincent Pardoux responsable du syndicat FO pĂ©nitentiaire: « Il est Ă  l’heure actuelle dans une unitĂ© qui est surchargĂ©e. Il faut savoir que les personnels qui travaillent dans le quartier d’isolement ont aussi la charge du quartier disciplinaire. Le contraste est saisissant entre son arrivĂ©e sous grosse escorte du GIGN et sa prise en charge actuelle. Il faut savoir que les personnels pĂ©nitentiaire n’auront pour se dĂ©fendre qu’un Ă©metteur-rĂ©cepteur d’alarme et leur bonne volontĂ© et le renfort des collègues. »

Le syndicaliste poursuit : « On se rend compte qu’il n’y a pas de lieux spécifiques pour s’occuper des personnes qui sont à la fois malades et dangereuses. On a un cas tragique, il a été diagnostiqué et on ne sait pas où le mettre. Les prisons sont des lieux de sanctions et pas de soin et que l’hôpital psychiatrique de La Réunion n’est pas adapté. »

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00

Plus d’infos sur linfo