Après l’audition, en commission juridique, des reprĂ©sentants de l’association du personnel pĂ©nitentiaire, les dĂ©putĂ©s luxembourgeois ont dĂ©cidĂ© ce mercredi d’accorder des moyens de dĂ©fense supplĂ©mentaires aux surveillants de prison.

Suite Ă  l’audition des surveillants luxembourgeois qui dĂ©noncent une situation explosive et un changement de la population carcĂ©rale, Ă  prĂ©sent davantage prĂŞte Ă  recourir Ă  la violence, les dĂ©putĂ©s ont dĂ©cidĂ© d’autoriser des armes pouvant ĂŞtre utilisĂ©es Ă  distance, du gaz au poivre ou des flashballs mais uniquement en cas de lĂ©gitime dĂ©fense et pour sĂ©curiser un pĂ©rimètre en extĂ©rieur. Les agents pĂ©nitentiaires ont en effet affirmĂ© qu’ils ne souhaitaient pas avoir ces armes sur eux en permanence, mais voulaient les avoir sous la main pour rĂ©agir rapidement en cas de besoin, pour protĂ©ger un collègue agressĂ©, par exemple. La possibilitĂ© d’utiliser le taser a en revanche Ă©tĂ© exclue.

L’ensemble des groupes politiques soutenant le texte, il devrait ĂŞtre adoptĂ© Ă  la mi-juin pour une entrĂ©e en vigueur avant le 15 septembre.

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00

L’essentiel