đŸ‡«đŸ‡· ÉVASION de Brest : Les surveillants qui escortaient le dĂ©tenu radicalisĂ© n’avaient qu’un sifflet et un gilet pare-balles

Le lendemain de l’Ă©vasion spectaculaire d’un dĂ©tenu fichĂ© S pour radicalisation Ă  Brest, Emmanuel Baudin, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du syndicat National pĂ©nitentiaire Force OuvriĂšre dĂ©nonce des dysfonctionnements.

Le premier, le dĂ©tenu a Ă©tĂ© informĂ© la veille de son extraction mĂ©dicale, lui laissant le temps de prĂ©venir ses complices avec un des deux tĂ©lĂ©phones portables dĂ©couverts dans sa cellule. La procĂ©dure habituelle est que l’on prĂ©vienne le dĂ©tenu 10 Ă  15 minutes avant l’extraction.

À Lire :  🚹 Bourg-en-Bresse : Le dĂ©tenu agresse violemment le surveillant avec un bocal en verre !

Le deuxiĂšme, les moyens de contraintes. Auparavant, tous les dĂ©tenus qui sortaient en extraction avaient des entraves, afin de les empĂȘcher de courir. Mais au fil des annĂ©es ces moyens disparaissent.

Ensuite, lors de l’Ă©vasion, les surveillants Ă©taient Ă©quipĂ©s d’un sifflet et d’un gilet pare-balles…

Le secrétaire général Force OuvriÚre demande une vraie police pénitentiaire afin de mener à bien ce genre de missions.

France info TV

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.