Dans la nuit du 22 au 23 mai, un surveillant de la maison d’arrĂŞt de Fleury-MĂ©rogis s’est donnĂ© la mort. Un surveillante avait mis fin Ă  ses jours quelques jours avant Ă©galement.

Selon le journal l’info.re, son geste de dĂ©sespoir serait directement liĂ© Ă  ses conditions de travail. Il avait notamment Ă©tĂ© victime d’un incident Ă  son encontre rĂ©cemment. Ses parents quittent La RĂ©union ce soir pour la mĂ©tropole.

Selon le journal zinfos974, Le surveillant Ă©tait en grippe avec un officier de Fleury. Il avait subi une agression dĂ©gradante il y a quelques jours de la part d’un dĂ©tenu, qui lui avait jetĂ© son sceau d’urine.

Puis selon le syndicat FO, la direction de la prison n’aurait pas mis en place le protocole habituel en pareille circonstance. Une manière indirecte de ne pas soutenir le surveillant agressĂ© selon FO.

La veille de son suicide, il y a eu une grosse prise de tĂŞte avec l’officier en question. Le surveillant a failli quitter son poste avant la fin de son service. Il a fallu que ses collègues le raisonnent pour l’empĂŞcher de rentrer Ă  son domicile directement. Une situation conflictuelle qui perdurait depuis un moment » selon le syndicat.

C’est finalement mardi, dans la nuit, qu’il s’est rendu sur un pont avant de se jeter dans le vide. Il avait bu avant son geste désespéré.