Depuis le mois d’avril, une femme Ă©tait placĂ©e sous surveillance Ă©lectronique, mais en rĂ©ussissant Ă  faire glisser le bracelet qu’elle portait Ă  la cheville, elle a pu quitter son domicile sans se soucier dès ses contraintes horaires oĂą elle devait rester chez elle.

Ce geste, considéré comme une évasion devant le tribunal sera condamné de quatre mois de prison ferme.

C’est au cours de la visite de gendarmes, dans le cadre d’une autre affaire que la jeune femme a avouĂ©e ne plus porter le bracelet. il restait posĂ© sur la table de la salle Ă  manger.

Saint-Brieuc