Une vingtaine de dĂ©tenues sont incarcĂ©rĂ©es pour terrorisme islamiste, Ă  la maison d’arrĂŞt pour femmes de Fleury-MĂ©rogis.

La duretĂ© de certaines de ces femmes a radicalement changĂ© les conditions de dĂ©tention, jusqu’Ă  la nurserie traditionnellement tranquille.

Au total, en France, une cinquantaine de femmes sont incarcĂ©rĂ©es pour association de malfaiteurs terroriste. Elles reprĂ©sentent 10% des dĂ©tenus terroristes. Puisqu’il y a 500 TIS (terroristes islamistes, selon le vocable de l’administration pĂ©nitentiaire). Les premières dĂ©tenues pour affaires de terrorisme ont Ă©tĂ© incarcĂ©rĂ©es il y a trois ans, et leur profil violent a Ă©tĂ© un choc pour le personnel pĂ©nitentiaire, confie la directrice. « Cette violence Ă©tait abstraite, jusqu’alors ».

Les tensions ont pu être extrêmes ces derniers mois à la maison d’arrêt des femmes de Fleury. Avec certaines détenues qui en terrorisaient d’autres, explique Laurent Ridel, directeur interrégional des services pénitentiaires de Paris.

Plus d’infos sur France Inter