Après l’annonce par le procureur de Paris de la future libĂ©ration de dĂ©tenus radicalisĂ©s, la Ministre de la justice Nicole Belloubet se veut rassurante.

Sur France Info, la garde des sceaux explique: « Nous avons mis en place une série de moyens opérationnels qui nous permettent de penser que nous sommes en mesure de suivre ces personnes qui sortiront de détention ». Actuellement dans les prisons françaises, « on compte à peu près 500 terroristes islamistes qui sont en détention et à peu près 1.200 détenus radicalisés ».

Elle explique Ă©galement que ces prisonniers sont d’ores et dĂ©jĂ  surveillĂ©s de très près en prison. Quand ils arrivent, ils « font l’objet d’une Ă©valuation pour mesurer leur niveau de dangerosité » et ce, durant quatre mois, « par des psychologues des mĂ©decins, des Ă©ducateurs etc. ». Ces dĂ©tenus sont, de plus, « soit Ă  l’isolement complet, lorsqu’on estime que la dangerositĂ© est suffisamment importante pour justifier l’isolement, soit ils sont rĂ©partis dans des Ă©tablissements très sĂ©curisĂ©s sur l’ensemble du pays, (…) placĂ©s dans des quartiers Ă©tanches. »

La sortie de ces prisonniers potentiellement dangereux a de quoi effrayer la population française. Nicole Belloubet rappelle qu’une personne condamnĂ©e qui a effectuĂ© sa peine ne peut ĂŞtre maintenue derrière les barreaux.

Plus d’infos sur l’express…