Lundi, une vaste opĂ©ration de gendarmerie avait permis l’arrestation de quatre surveillants et 6 dĂ©tenus dans le cadre d’une affaire de violence et de stupĂ©fiants.

Selon un enquĂŞteur, l’affaire se dĂ©cante doucement, c’est une question de quelques heures, quelques jours.

Après 24 heures de garde à vue, au moins un surveillant a retrouvé la liberté et est lavé de tous soupçons.

Il s’agirait d’un dĂ©lĂ©guĂ© syndical de l’Ă©tablissement. Le syndicat Force Ouvrière aurait notamment portĂ© plainte pour diffamation et dĂ©nonciation calomnieuse.

Ce coup de filet serait en rĂ©alitĂ© Ă  l’origine de plaintes de dĂ©tenus lors de prĂ©cĂ©dentes auditions ce qui pousserait certains Ă  Ă©voquer la piste d’une vengeance personnelle.

La voix du nord