Selon l’indĂ©pendant , Une cellule de la maison d’arrĂȘt de Perpignan est actuellement occupĂ©e par 7 dĂ©tenus.

La prison accueille 293 dĂ©tenus pour 133 places, soit 88 matelas au sol. 4 autres cellules sont occupĂ©es par 6 dĂ©tenus, 48 par 3 dĂ©tenus chacune. Au quartier femmes, 5 matelas sont au sol. Il n’y a plus de places disponibles au centre de dĂ©tention, ni au quartier mineurs.

Dans les colonnes du journal un reprĂ©sentant syndical de l’Ă©tablissement affirme  « AjoutĂ© Ă  cela, il faut prendre en compte la gestion quotidienne des profils psychiatriques de certains (alors que le SMPR n’hĂ©berge que 5 dĂ©tenus), les punaises qui apparaissent petit Ă  petit en dĂ©tention, les poux
 Nous sommes en grande difficultĂ© pour gĂ©rer le centre pĂ©nitentiaire et Ă  la limite de la gestion en maison d’arrĂȘt puisque nous ne pouvons pratiquement plus, voire plus du tout, rĂ©gler les problĂšmes de cohabitation en cellule depuis quelques jours. Notre travail perd sa vocation humaine puisqu’on en est rĂ©duit Ă  entasser les dĂ©tenus en cellule comme des cartons ou des boĂźtes de conserves. Alors, oĂč en est le projet de la nouvelle prison de Perpignan ? »

Il rĂ©clame donc un dĂ©sengorgement d’urgence de la prison.

 

Vous aimez cet article ? Participez Ă  l'Ă©volution d'actupenit.com avec un don de 1€ !

Abonnez-vous Ă  ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner Ă  ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.