Depuis une dizaine d’années maintenant, quelques détenus de la maison d’arrêt de Reims participent à une journée écocitoyenne autour du lac du Der, encadrée par les agents de la réserve nationale de la chasse et de la faune sauvage.

Bottes aux pieds et gants aux mains, les six détenus et le personnel de la maison d’arrêt présents ont passé la matinée de vendredi dans une pâture, à déraciner l’inopportun végétal qui leur avait été présenté plus tôt, la galéga.

Bertin Prince, conseiller au service pénitentiaire d’insertion raconte , «C’est un symbole, on dit aux détenus : «vous allez bientôt sortir, on vous fait confiance» »

«  Ça fait du bien de prendre l’air, et je me rends utile pour aider la nature et les animaux  », apprécie Mathis, l’un des détenus volontaires, en remplissant de galéga un grand sac-poubelle.

Plus loin, Abdel se sent même investi d’une mission, « protéger la nature, sans elle, on n’est rien » selon lui.

Les activitĂ©es extĂ©rieurs de ce genre sont organisĂ©es par les services pĂ©nitentiaires d’insertion et probation.

L’union