Les organisations syndicales sont en colère. Elles dĂ©plorent l’annonce du gouvernement sur le maintien du gel de la rĂ©munĂ©ration des fonctionnaires. Le ministère a confirmĂ©, ce lundi 18 juin, par un communiquĂ© que le point d’indice ne serait pas valorisĂ© en 2019.

« PlutĂ´t que d’une mesure gĂ©nĂ©rale de hausse du point, il s’agit pour le gouvernement de revaloriser prioritairement les mĂ©tiers en tension et les agents les plus engagĂ©s professionnellement ainsi que leurs conditions de travail.
(…) La hausse de 1 % du point d’indice pèserait pour près de 2 milliards d’euros sur les finances publiques pour un impact limité sur la fiche de paie des agents« .
Le secrĂ©taire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, Olivier Dussopt, a rencontrĂ© les neuf organisations syndicales reprĂ©sentatives de la fonction publique ce lundi. Ils devaient notamment aborder les modalitĂ©s et les conditions de rĂ©munĂ©ration des 5,5 millions d’agents de la fonction publique pour l’annĂ©e 2019.
Cette rĂ©union Ă©tait initialement prĂ©vue en octobre. Ce calendrier dĂ©calĂ©, avec cet entretien finalement avancĂ© au mois de juin, devait justement permettre aux syndicats de peser sur le projet de loi de finances pour l’annĂ©e 2019.
Olivier Dussopt a confirmé des mesures comme la reprise du protocole de revalorisation des carrières.
La CGT et l’UNSA Ă©voquent un « rendez-vous manqué« . Force Ouvrière se dit « en colère » et « déçue« . La secrĂ©taire gĂ©nĂ©rale de la CFDT Fonctions publiques, Mylène Jacquot, dĂ©plore l’attitude du gouvernement :
« Les mesures proposĂ©es par le gouvernement pour nous ne sont pas Ă  la hauteur d’un rendez-vous salarial« .
Avec cette dĂ©cision du gel du point d’indice dans la fonction publique pour l’annĂ©e 2019, le gouvernement pourrait donc relancer le mouvement de protestation dans la fonction publique, Ă  la veille des congĂ©s estivaux.

Source atlantico