Il faudrait Ă  l’Administration pĂ©nitentiaire 1800 agents supplĂ©mentaires pour mener Ă  bien ses missions de transferts seulement le problème est que ces personnels ne sont pas encore recrutĂ©s donc encore moins formĂ©s.

Rien qu’en ile-de-France, pas moins de 24 personnes ont Ă©tĂ© recrutĂ©s dans des sociĂ©tĂ©s de sĂ©curitĂ© privĂ© ce qui n’est pas sans posĂ© de nombreux problèmes. Les syndicats pĂ©nitentiaires dĂ©noncent un problème de formation de leurs futurs « collègues » et des consĂ©quences en cas d’Ă©vènements graves lors de ces diffĂ©rents transferts. Le prĂ©sident de l’union des entreprises de sĂ©curitĂ© privĂ© avoue qu’ils ne sont pas encore totalement prĂŞt pour ces missions mais espère, en partenariat avec l’Administration PĂ©nitentiaire de pouvoir former ses personnels.

L’Administration PĂ©nitentiaire affirme que cette solution n’est que temporaire car trop onĂ©reuse pour perdurer dans le temps, les syndicats quant Ă  eux y voit la volontĂ© de l’administration de ne plus recruter de fonctionnaires.

Plus d’info ici