Djamel Beghal avait Ă©tĂ© condamnĂ© en France Ă  10 ans de prison en 2005 pour association de malfaiteurs terroriste, puis Ă  10 ans en 2013 pour avoir planifiĂ© l’Ă©vasion de Smain Ait Ali Belkacem, ancien du Groupe islamique armĂ© algĂ©rien (GIA). L’homme avait Ă©chappĂ© Ă  la loi contre le terrorisme de 2016 qui supprime des crĂ©dits automatiques de peine. Sa libĂ©ration anticipĂ©e correspond aux 22 mois de rĂ©duction de peine dont il a bĂ©nĂ©ficiĂ© comme n’importe quel justiciable. Ă€ cela s’ajoutent 20 jours exceptionnels de remise de peine. Soit en tout 23 mois et 15 jours.

Celui que l’on surnomme le mentor des frères Kouachi et d’AmĂ©dy Coulibaly, les auteurs des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher, va sortir de prison le 16 juillet et sera expulsĂ© dans la foulĂ©e en AlgĂ©rie afin d’y subir une peine de 20 ans de prison (Au titre de ses activitĂ©s au sein du GIA), l’homme ayant Ă©tĂ© dĂ©chu de sa nationalitĂ© française en 2007.

Un soulagement pour le gouvernement français qui sans cet accord avec le gouvernement algérien aurait dû mettre Djamel Beghal sous surveillance administrative. Le terroriste aurait alors purgé sa peine algérienne sur le sol français, ça ne sera pas le cas. Le Figaro