Luka Modric, milieu de terrain croate du Real Madrid, est adulé à peu près partout où il passe. Sauf en Croatie. Et si les supporters de son pays émettent des réserves à son encontre, c’est parce que le nom de Modric apparait dans une affaire de détournement d’argent et de fraude fiscale. Né à Zadar, l’international croate commence à jouer au football dans sa ville natale avant de signer un contrat stagiaire avec le Dinamo Zagreb. C’est à ce moment-là que l’histoire se gâte. Le jeune joueur qu’il est à l’époque tombe dans les filets de Zdravko Mamic, président du club de Zagreb et patron officieux du football croate. Outre son contrat sportif de stagiaire, Modric signe dans le même temps un premier contrat “civil” où il est stipulé qu’il doit reverser une partie de son salaire à Mamic.

Publicités

Mais Mamic n’en reste pas là et fait signer un deuxième contrat à Modric. Dans celui-ci, il est écrit que le joueur va toucher 50% du montant de son transfert (les 50% restant allant au club de Zagreb). Sur la partie qu’il a récupérée, Modric doit en reverser une grande majorité à Zdravo Mamic. Des clauses qui sont, bien évidemment, rajoutées après la signature du contrat. Ce qui dérange le plus la population croate n’est pas tant le fait que Modric est participé à cette affaire mais, qu’entendu en tant que témoin, il soit revenu sur ses premières déclarations pour couvrir Mamic. Le Madrilène avait dans un premier temps confirmé que les clauses avaient été antidaté avant de se rétracter devant les juges.

Jusqu’à cinq ans de prison

Andrej Kramaric, également membre de la sélection croate pendant la Coup du monde, a toujours repoussé Zdravko Mamic. Longtemps considéré comme l’attaquant le plus prometteur de sa génération, il a vu sa carrière ralentir après cette affaire. Pour avoir refusé de rentrer dans le système, Mamic a bloqué le joueur à Zagreb en refusant toutes les offres venant de l’étranger et le prêtant également au club filiale du Dinamo Zagreb. En 2013, il fut vendu à un club croate de second rang (Rijeka) et sa carrière à enfin pu commencer. Il évolue aujourd’hui à Hoffenheim et est l’un des meilleurs buteurs de Bundesliga.

Publicités

Mais Modric n’est pas le seul joueur croate présent en Russie à apparaitre dans cette affaire. C’est également le cas de Dejan Lovren. Les transferts de Modric à Tottenham en 2008 et de Lovren à Lyon en 2010 ont été effectué avec ce système. Comme Modric, Lovren est revenu sur ce qu’il avait dit aux enquêteurs pour finalement dédouaner Mamic. Résultat, l’homme aux quatre Ligue des champions est inculpé pour faux témoignage tandis qu’une enquête a été ouverte contre le défenseur de Liverpool. Une semaine avant le début de la Coupe du monde, Zdravko Mamic, jugé coupable d’avoir détourné 15,7M€ des caisses du Dinamo Zagreb et d’avoir escroqué le fisc de presque 2M€, a été condamné à six ans et demi de prison. Damir Vrbanovic, directeur exécutif de la fédération de football croate, à trois ans. Luka Modric risque lui jusqu’à cinq ans de prison et sera fixé sur son sort en septembre. Yahoo sport