Le 8 juillet, un chasseur découvre un sac appartenant au commando qui a exfiltré Redoine Faïd de sa prison de Réau.

Sur place, les enquĂȘteurs dĂ©couvrent, disqueuse, fusils, gilets pare-balles mais aussi une pioche, une pelle et du matĂ©riel d’enfouissement.

Les malfaiteurs n’ont pas abandonnĂ© leur sac de sport. Ils ont Ă©tĂ© surpris en train de tenter de l’enterrer.

Un tĂ©moin Ă©voque la prĂ©sence de trois hommes dans la forĂȘt.

Le commando a donc commis sa premiĂšre erreur, laissant ainsi derriĂšre eux des traces et des indices qui seront exploitĂ©s par les enquĂȘteurs.

D’ailleurs, les enquĂȘteurs sont persuadĂ©s que les suspects prĂ©voyaient de dissimuler l’arsenal pour l’utiliser plus tard.

Un braquage aurait pu ĂȘtre envisagĂ© pour financer la cavale et rĂ©munĂ©rer ses complices.

Redoine FaĂŻd aurait bĂ©nĂ©ficiĂ© de plusieurs cercles de complicitĂ©s logistiques. Cependant aucun suspect n’a Ă©tĂ© mis en garde Ă  vue depuis celle de son frĂšre venu le voir au parloir le jour de l’Ă©vasion. Le Parisien.