đŸ‡«đŸ‡· 450 islamistes radicaux libĂ©rables en 2019 : un casse-tĂȘte…

Comment gérer les 450 détenus djihadistes et leur suivi aprÚs leur sortie de prison ?

Pour le moment, les prisons anticipent les sorties en alertant les services de police et de gendarmerie.

Sur les 450 dĂ©tenus, 50 sont identifiĂ©s comme terroristes. Alors que les services de renseignements sont dĂ©jĂ  prĂ©occupĂ©s par la gestion des « revenants », ces hommes et femmes de retour de Syrie et d’Irak, ils vont devoir, en lien avec les services pĂ©nitentiaires, gĂ©rer ces dĂ©licates sorties de prison.

À Lire :  🚹 URGENT : Un projet d'attentat a Ă©tĂ© dĂ©jouĂ© ce matin Ă  l'intĂ©rieur de la prison de Valence

Créé il y a environ un an, le bureau central du renseignement pénitentiaire (BCRP) vise à mieux cibler les « sortants ».

À ce jour, le BCRP surveille 3 000 dĂ©tenus en France, en grande majoritĂ© des dĂ©tenus radicalisĂ©s. En dĂ©tails sur ladepeche.fr