Un dĂ©tenu du centre pĂ©nitentiaire de Saint-Aubin-Routot au Havre sentait tellement, que lorsqu’ Abdel Majid est passĂ© devant le surveillant celui-ci a dĂ©cidĂ© de procĂ©der Ă  une fouille corporelle. 

Le cannabis que lui avait transmis sa sĹ“ur Ă  l’issue d’un parloir a ainsi Ă©tĂ© rĂ©cupĂ©rĂ©, le dĂ©tenu l’avait dissimulĂ© entre ses fesses. L’homme n’Ă©tait pas Ă  l’audience, mais sa soeur oui. Elle affirme avoir Ă©tĂ© menacĂ© par un homme qui lui aurait donnĂ© l’ordre de ramener la drogue Ă  son frère. Le tribunal ne croit pas Ă  cette histoire, lorsque la jeune femme est interpellĂ©e avant sa sortie du centre pĂ©nitentiaire, dans son vĂ©hicule, un reste de joint est retrouvĂ©. Elle reconnaĂ®t avoir fumĂ© ce joint, avant de rendre visite Ă  son frère. Du THC (la molĂ©cule principale du cannabis) est retrouvĂ© dans son sang.

Quant à Abdel Majid, placé en quartier disciplinaire le même jour, il est encore trouvé avec de l’herbe sur lui. Selon le procureur « Il trafiquait à l’intérieur de la prison, comme il trafiquait déjà à l’extérieur ».

Le tribunal le condamne à cinq mois de prison ferme, sa onzième condamnation, et sa soeur à trois mois de prison avec sursis. Paris-Normandie