Le taux de surpopulation n’a jamais Ă©tĂ© aussi Ă©levĂ© qu’en ce moment dans les prisons françaises, Besançon et MontbĂ©liard n’Ă©chappent pas Ă  la règle. 

Comme l’explique un reprĂ©sentant syndicale de la maison d’arrĂŞt de MontbĂ©liard Ă  France Info « Actuellement, nous avons sept dĂ©tenus qui dorment sur des matelas au sol. Les prisonniers se retrouvent Ă  vivre Ă  cinq dans des cellules de 9 m2 par 35 degrĂ©s. Je n’avais jamais connu ça ». « Heureusement, nous avons un Ă©tablissement calme. Les dĂ©tenus sont respectueux mais il suffirait de quelques Ă©chauffourĂ©es dĂ» Ă  la promiscuitĂ© et les conditions de sĂ©curitĂ© pourraient devenir vraiment difficiles »

MĂŞme discours Ă  la prison de Besançon qui connaĂ®t Ă©galement le plus haut taux de surpopulation depuis septembre 2013. Le mois dernier, la maison d’arrĂŞt accueillait 386 dĂ©tenus soit 111 de plus que la capacitĂ© maximale. « Maintenant c’est mĂŞme un peu plus. Nous avons 393 hommes incarcĂ©rĂ©s. D’ici 15 jours, on va sĂ»rement dĂ©passer les 400 et on sera obligĂ© nous aussi de mettre des matelas par terre », explique Ă  France Info le reprĂ©sentant syndical de l’Ă©tablissement.