Avec un taux d’occupation de 180%, la maison d’arrĂȘt de Fresnes vit un Ă©tĂ© trĂ©s compliquĂ©. 

Un surveillant affirme dans les colonnes de France Info: « les conditions sont plus compliquĂ©es que d’habitude ». Les dĂ©tenus peuvent ĂȘtre jusqu’Ă  quatre par cellule. La prison Ă©tant surplombĂ©e d’une verriĂšre, le surveillant explique « plus on monte dans les Ă©tages, plus il fait chaud. Au 3Ăšme ou 4Ăšme, c’est vraiment insupportable: 38 degrĂ©s l’autre jour selon la montre d’un collĂšgue ». Le surveillant admet « Quand on a le temps, on essaie de rajouter des (tours) de douches, mais sur les Ă©tages oĂč on est tout seul avec 140 dĂ©tenus, c’est clairement pas possible ».

Les dĂ©tenus utilisent le systĂšme D. Ils trempent les draps dans le lavabo, les essorent au-dessus de leur tĂȘte, ça fait un peu comme une douche. Ils font couler de l’eau hors du lavabo pour mouiller le sol et tenter de crĂ©er de la fraĂźcheur. Certains retournent une table, entourent les pieds de film plastique et versent de l’eau avec une casserole pour faire comme une piscine.