Le centre pĂ©nitentiaire de Maubeuge traverse l’une des plus mauvaises pĂ©riodes de son histoire.

Les effectifs sont au plus bas, les agents sont Ă©puisĂ©s, irritĂ©s. Les surveillants sont rappelĂ©s sur leurs jours de repos, d’autres enchaĂ®nent six jours consĂ©cutifs de 12h. Les nuits de gardes se multiplient.

Agents suspendus de leur fonction, postes vacants, dĂ©tachements vers d’autres fonctions ou mise en disponibilitĂ© n’arrangent pas les problèmes d’effectifs.

16 postes seront ouverts lors de la prochaine commission administrative paritaire de septembre mais il faudra attendre mai 2019 avant que les nouveaux surveillants arrivent dans l’Ă©tablissement.

Le climat pourrait encore se dĂ©grader en septembre. Près d’une soixantaine d’agents pourraient ĂŞtre sanctionnĂ©s par des journĂ©es de suspension suite au mouvement de grève de janvier dernier. La voix du nord