Selon la Direction de l’administration pĂ©nitentiaire plus 40 000 tĂ©lĂ©phones ainsi que des accessoires divers comme des cartes SIM , chargeurs, Ă©couteurs ont Ă©tĂ© saisie en 2017.

Un chiffre en constante hausse depuis 10 ans et pour cause les appareils entrent facilement en prison par projection dans les cours de promenade ou par les visiteurs lors des parloirs. Pour la DAP cette hausse constante s’explique par le nombre de dĂ©tenus qui ne cesse d’augmenter.

Pour lutter contre cette prolifĂ©ration la ministre de la justice Nicole Belloubet Ă  annoncer en Janvier une enveloppe de 15 millions d’euros pour « garantir un brouillage effectif » des tĂ©lĂ©phones portables et ainsi permettre l’installation de 50 000 tĂ©lĂ©phones fixes en cellule.

Selon des sources syndicales, les tĂ©lĂ©phones au coeur de divers trafics sont de plus en plus petits & certains mĂŞme contiennent très peu de mĂ©tal et sont pratiquement indĂ©tectables comme par exemple l’iPhone 5C principalement composĂ© de plastique et que l’on retrouve le plus souvent en dĂ©tention.

Gros flĂ©au les fuites d’images prises dans divers lieux en prison qui font fureur sur les rĂ©seaux sociaux.

Mi-aoĂ»t la direction de l’administration pĂ©nitentiaire a ouvert une enquĂŞte après la diffusion de photos et de vidĂ©o du rappeur Kaaris actuellement incarcĂ©rĂ© Ă  la maison d’arrĂŞt de Fresnes (Val de marne) suite Ă  une bagarre a l’aĂ©roport d’Orly avec le rappeur Booba lui-mĂŞme incarcĂ©rĂ© Ă  Fleury Merogis (Essonne).

Seulement 10 % des brouilleurs sur 804 en places sont effectifs. Le premier Ă©tablissement qui sera Ă©quipĂ© simultanĂ©ment de tĂ©lĂ©phones fixes et du meilleur système de brouillage sera la prison de la SantĂ© qui ouvrira ses portes le 7 Janvier 2019 après 4 annĂ©es d’important travaux.

Libération