En septembre 2017, une transgenre de 53 ans était condamnée et incarcérée pour viol.

L’histoire se dĂ©roule au Royaume-Uni. Affirmant se sentir femme, les autoritĂ©s acceptent de la placer dans la prison pour femmes Ă  Wakefield.

Elle n’a cependant pas subi de chirurgie pour changer de sexe.

En aoĂ»t dernier, elle est Ă  cette fois accusĂ©e d’agressions sexuelles sur plusieurs codĂ©tenues. Certaines assurent par exemple que Karen White leur aurait fait des avances, d’autres qu’elle les auraient forcĂ©es Ă  effectuer des attouchements sexuels.

Karen White avoue et plaide coupable.

Une enquĂŞte a Ă©tĂ© ouverte pour dĂ©terminer s’il y a eu des erreurs de la part des autoritĂ©s carcĂ©rales. Selon la loi Britannique, si la personne est transgenre, un comitĂ© doit se rĂ©unir pour trancher la question sur l’incarcĂ©ration dans une prison hommes ou femmes. Dans son cas, ce comitĂ© ne s’est pas rĂ©uni.

Karen White, qui a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© dĂ©tenue en 2001 pour des faits d’indĂ©cence graves envers un enfant, a Ă©tĂ© transfĂ©rĂ©e dans une autre prison et sera jugĂ©e le 11 octobre prochain. BFM