Les surveillants ne sont pas surpris, eux qui vivent tous les jours les violences, les agressions, les insultes, les menaces….

Le mĂ©tier de surveillant pĂ©nitentiaire est difficile et mal payĂ©. Et cela n’Ă©chappe plus Ă  personne.

La semaine dernière se tenait le concours d’entrĂ©e Ă  l’ENAP ( l’École Nationale de l’Administration PĂ©nitentiaire). moins de 20% des inscrits sur le plan national se sont prĂ©sentĂ©s Ă  l’Ă©crit.

Les chiffres rĂ©vèlent la rĂ©alitĂ© du mĂ©tier, de son manque d’attractivitĂ© et elle fait mal aux surveillants.

« C’est une terrible preuve de ce que nous sommes » rĂ©agit un surveillant de Toul.

Avant le concours Ă©tait difficile Ă  obtenir, maintenant, faute de candidats, tout le monde est sĂ©lectionnĂ©, mĂŞme des candidats avec 2 de moyenne Ă  l’Ă©crit sont acceptĂ©s. Est RĂ©publicain.