Alors qu’un dĂ©tenu de la prison de Vivonne devait ĂȘtre libĂ©rĂ©. Une fouille de cellule va tout changer, une semaine avant sa libĂ©ration.

Il a été dénoncé par un autre détenu. Une fouille de cellule est alors ordonnée. Un téléphone portable est retrouvé et exploité.

L’enquĂȘte a Ă©tabli que le dĂ©tenu a Ă©tĂ© appelĂ© par une surveillante de la prison avec laquelle il entretient une relation amoureuse.

Cette relation n’aurait amenĂ© Ă  aucun trafic d’aprĂšs l’enquĂȘte menĂ©e par la brigade de recherches de la gendarmerie.

Un fois libĂ©rĂ© de prison, l’homme a poursuivi et approfondi sa relation amoureuse avec la surveillante.

Six mois plus tard, le voilà à nouveau incarcéré à la prison de Neuvic pour violences. Il faudra faire 3 mois de prison supplémentaires avant de revoir « sa surveillante ». La nouvelle république.