Dans la nuit de vendredi Ă  samedi, la prison de Fleury-MĂ©rogis a Ă©tĂ© survolĂ©e par des drones. Une enquĂȘte a Ă©tĂ© ouverte par le parquet.Il y a eu au moins trois survols selon les surveillants pĂ©nitentiaires. Une enquĂȘte a Ă©tĂ© ouverte par le parquet d’Évry.

Ce n’est pas la premiĂšre fois que la maison d’arrĂȘt de Fleury-MĂ©rogis est survolĂ©e par des drones.

Les prisons sont des sites sensibles. Le survol de drones pourrait servir Ă  livrer des colis, ainsi des armes Ă  feu pourraient ĂȘtre introduites facilement Ă  l’intĂ©rieur de l’enceinte.

BientĂŽt des drones pourront porter des charges trĂšs lourdes, pouvant ainsi faciliter une Ă©vasion.

Les syndicats rĂ©clament des brouilleurs afin de dĂ©tourner les drones s’approchant des Ă©tablissements pĂ©nitentiaires. Le Parisien