L’incident remonte au mois de septembre 2016, une soixantaine de dĂ©tenus avaient saccagĂ© le centre de dĂ©tention du centre pĂ©nitentiaire de Poitiers-Vivonne.

Cinq détenus comparaissent ce mercredi au tribunal de Poitiers (Vienne) pour avoir participé activement à cette mutinerie.

Le refus d’une permission de sortie Ă  un dĂ©tenu est Ă  l’origine de la prise de contrĂ´le de la prison par une soixantaine de dĂ©tenus, saccageant les installations et provoquant plusieurs dĂ©parts de feux. Le dĂ©tenu a dans un premier temps dĂ©robĂ©, avec un comparse, les clĂ©s Ă  un surveillant pĂ©nitentiaire. Ils vont ensuite ouvrir toutes les cellules.

16 mois de coûteux travaux seront nécessaires pour permettre la réouverture du centre de détention en janvier 2018.

Dans les colonnes du Parisien, l’avocat du principal intĂ©ressĂ© craint une condamnation pour l’exemple. « Il est plus facile de jeter l’opprobre sur deux dĂ©tenus, affirme-t-il, que de se demander pourquoi une soixantaine d’entre eux a spontanĂ©ment ravagĂ© leur prison… »