Une femme de 21 ans a voulu livrer par drone plusieurs colis Ă  un dĂ©tenu de la maison d’arrĂŞt de la talaudière Ă  Saint-Étienne. 

La jeune femme Ă©tait jugĂ©e pour avoir tentĂ© d’introduire Ă  l’intĂ©rieur de l’Ă©tablissement pĂ©nitentiaire les 8 et 9 juillet dernier, Ă  l’aide d’un drone, elle a d’ailleurs suivi une formation de pilotage accĂ©lĂ©rĂ©e et contrĂ´lait l’appareil depuis son tĂ©lĂ©phone, deux colis. Le destinataire n’est autre que son ex-petit ami, un homme condamnĂ© Ă  dix ans de prison pour viol aggravĂ© en rĂ©union et qui devra ĂŞtre rejugĂ© aux assises.

Le drone portait le 8 juillet, Ă  l’aide d’un fil de cuivre, un colis alimentaire, puis le jour suivant un iPhone, un chargeur de batterie et une clĂ© plate. Les riverains de la prison ont pu apercevoir un drone de pratiquement 2000 euros, survoler l’Ă©tablissement. Seulement les colis n’arriveront jamais, le premier a atterri hors de portĂ©e des dĂ©tenus, le second dans un jardin du quartier.

La jeune femme vient d’Ă©coper d’une peine de prison avec sursis, comme le père du dĂ©tenu, qui avait confectionnĂ© les colis. Lui a Ă©copĂ© d’une nouvelle peine de quatre mois de prison ferme supplĂ©mentaire. 20 Minutes