Les plaintes de détenus de la maison d’arrêt de Metz-Queuleu se multiplient concernant des expéditions punitives qui se seraient déroulés à la prison. 

Ces expĂ©ditions auraient visĂ© les detenus placĂ©s en dĂ©tention pour des faits de nature sexuelle, ceux que l’on appelle les « pointeurs ». Trois plaintes ont Ă©tĂ© dĂ©posĂ©es, le mode opĂ©ratoire serait toujours le mĂŞme. Le week-end, la porte de cellule s’ouvre et plusieurs dĂ©tenus rentrent pour passer Ă  tabac ses habitants toujours incarcĂ©rĂ©s pour le mĂŞme type d’affaire. L’avocat d’un dĂ©tenu raconte  « La porte de la cellule ne peut pas s’ouvrir toute seule alors qu’elle devait rester fermĂ©e. Il faut forcĂ©ment l’intervention d’un agent pĂ©nitentiaire. Quatre dĂ©tenus sont alors rentrĂ©s pour tabasser mon client et son codĂ©tenu, qui ont bien compris les raisons de cette agression. C’est une expĂ©dition punitive qui vise un certain type de personnes ».

L’administration pénitentiaire confirme « un signalement au parquet » mais ne souhaite pas faire d’autres commentaires, « en attendant les résultats de l’enquête ». Le Républicain Lorrain