L’ultimatum est lancĂ©, les surveillants du centre pĂ©nitentiaire de Fresnes sont Ă  bout. Si des mesures concrètes ne sont pas Ă©tablies avant le 27 septembre 2018, les surveillants promettent de repartir en grève.

Dans un communiquĂ©, le syndicat Force Ouvrière donne le ton en s’adressant aux surveillants du centre pĂ©nitentiaire de Fresnes :  » Pendant que vous ĂŞtes dans la prison Ă  garder les dĂ©tenus, ou que vous dormez dans votre logement, vos voitures sont brĂ»lĂ©es sur le parking du domaine de Fresnes. »

Depuis plusieurs mois, des incendies criminels sont déclarés sur le domaine de la prison. Plusieurs dizaines de véhicules ont ainsi pris feu, mettant parfois en péril les habitants des logements aux alentours.

Les personnels et leurs familles sont excédés.

Des vigiles issus d’une sociĂ©tĂ© privĂ©e ont Ă©tĂ© dĂ©ployĂ©s afin de sĂ©curiser le domaine, mais visiblement cela ne suffit pas, les incendies continuent, constate le reprĂ©sentant syndical.

Une réunion est prévue le 27 septembre 2018 afin de trouver une solution pour sécuriser le domaine, mais le syndicat est clair.

Il exige qu’une compagnie de CRS veille Ă  la sĂ©curitĂ© gĂ©nĂ©rale et participe au maintien et au rĂ©tablissement de l’ordre public sur le domaine de Fresnes.

Il exige une nouvelle organisation des vigiles afin d’assurer une meilleure gestion des points sensibles du domaine.

Et enfin, il exige que certaines failles soient réglées rapidement.

Si rien n’est fait après cette date le syndicat pourrait choisir de repartir en grève.