AprĂ©s s’ĂȘtre aperçu lors de l’Ă©vasion de RĂ©douane FaĂŻd, que le centre pĂ©nitentiaire du Sud-Francilien Ă  RĂ©au n’Ă©tait pas floutĂ© sur les prises de vue aĂ©riennes accessibles sur Google Maps ou Google Earth, la garde des Sceaux a rappelĂ© Ă  l’ordre le moteur de recherche, qui tarde Ă  flouter les photos de prisons sensibles.

Selon l’Express, Nicole Belloubet a demandĂ©, le 31 juillet, de bien vouloir prendre les dispositions techniques nĂ©cessaires pour garantir le retrait ou le floutage des vues aĂ©riennes sur Google Earth et Google Maps. Ayant Ă©crit au directeur gĂ©nĂ©ral de Google France afin qu’il respecte la liste des « zones sensibles » Ă©tablie par arrĂȘtĂ© interministĂ©riel, essentiellement des sites de la DĂ©fense et des Ă©tablissements pĂ©nitentiaires.

Le 14 aoĂ»t, ils rĂ©pondent de façon officielle: Google Earth et Google Maps diffusent des images achetĂ©es Ă  trois prestataires – DigitalGlobe, IGN et Airbus -, le moteur de recherche amĂ©ricain cherche Ă  attĂ©nuer sa responsabilitĂ©. Il affirme travailler actuellement avec ses fournisseurs pour s’assurer que les donnĂ©es en question font l’objet d’un floutage. Le 19 septembre, un parlementaire s’Ă©tonne que plusieurs Ă©tablissements ne sont toujours pas floutĂ©s, selon l’Express au 23 septembre, 49 prisons ne sont toujours pas floutĂ©es.