Quelques jours après la rentrĂ©e des quelque 12 millions d’Ă©lèves, dĂ©but septembre, au niveau national, l’heure de la reprise des cours a aussi sonnĂ© pour les dĂ©tenus. 

 

La scolarisation est obligatoire pour les mineurs, quelle que soit la peine. En revanche, pour les dĂ©tenus adultes, c’est sur la base du volontariat.

L’objectif: « prĂ©voir l’après-dĂ©tention, contribuer Ă  la rĂ©insertion des personnes, en Ă©levant ou en veillant Ă  parfaire leur niveau », souligne la directrice de l’UnitĂ© pĂ©dagogique rĂ©gionale (UPR) Toulouse-Montpellier.

Elle prĂ©cise qu’environ 20% des dĂ©tenus sont en difficultĂ© avec la langue ». « Et 50% des dĂ©tenus n’ont pas de diplĂ´me ». Plus d’infos sur Actu orange