Près de Nantes, l’Établissement Pour Mineurs (EPM) d’Orvault vient de fêter ses 10 ans. 

Au total, 1807 jeunes (entre 13 et 18 ans) y ont été détenus alors qu’il y a quelques jours, une mission sénatoriale a plaidé pour un développement de ces prisons pas comme les autres, au nombre de six en France. Mettre le paquet sur l’éducation et la réinsertion, grâce à un partenariat entre administration pénitentiaire, protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) et éducation nationale.

Mais tout n’est pas rose à Orvault. Bagarres, feux de cellules, et agressions de personnels font partie du quotidien. Le suicide d’un dĂ©tenu, en 2010, est encore dans les mĂ©moires. Et la lutte contre la rĂ©cidive, objectif premier de l’EPM, est rude.

Concernant les jeunes âgĂ©s de 13 Ă  16 ans, le tribunal pour enfants ne peut prononcer Ă  leur encontre une peine privative de libertĂ© supĂ©rieure Ă  la moitiĂ© de la peine encourue, explique le site du Ministère de la Justice. Pour les jeunes âgĂ©s entre 16 et 18 ans, le tribunal peut dĂ©cider qu’il n’y a pas lieu de le faire bĂ©nĂ©ficier de l’excuse de minoritĂ©. Plus d’infos sur 20 minutes