Après avoir prĂ©sidĂ© le matin, au palais de justice de Bastia, la rĂ©union de l’instance de coordination judiciaire pour la Corse, la ministre de la justice, Nicole Belloubet a visitĂ©, l’après-midi, pendant près de 3 heures, le centre pĂ©nitentiaire de Casabianda, situĂ© sur la commune d’Aleria en Plaine Orientale. Cet Ă©tablissement hors normes, entièrement ouvert, basĂ© sur un contrat de confiance avec les prisonniers, pour la plupart des dĂ©linquants sexuels, est unique en France et utilisĂ© en sous-capacitĂ©. La ministre a Ă©voquĂ© l’arrivĂ©e de nouveaux dĂ©tenus et la possibilitĂ© de dupliquer l’expĂ©rience ailleurs. Elle a annoncĂ© le rapprochement familial de trois jeunes Corses, mais exclut tout rapprochement du commando Erignac. Pas question non plus de construire une nouvelle prison Ă  Ajaccio. Estimant avoir tenu les promesses faites aux syndicats en janvier dernier, elle annonce l’arrivĂ©e imminente des indemnitĂ©s et des Ă©quipements de sĂ©curitĂ© pour les personnels pĂ©nitentiaires. Interview.

– Vous venez de dĂ©couvrir le centre pĂ©nitentiaire de Casabianda. Quelles impressions en retirez-vous ?
– C’est un Ă©tablissement très atypique. Certains de nos Ă©tablissements peuvent s’en rapprocher. L’établissement Mauzac en Dordogne est un peu construit sur le mĂŞme modèle. Mais globalement, c’est un Ă©tablissement très singulier qui accueille des dĂ©tenus singuliers. C’est la raison pour laquelle il est intĂ©ressant d’avoir ce type d’établissements sur l’ensemble de notre dispositif pĂ©nitentiaire. Nous avons besoin de structures diversifiĂ©es.

– C’est-Ă -dire ?
– Nous avons besoin, notamment dans les grandes mĂ©tropoles, d’établissements très sĂ©curitaires, nous allons construire de nouvelles maisons d’arrĂŞt dans le cadre du plan pĂ©nitentiaire de 15 000 places que j’ai annoncĂ©. Nous avons Ă©galement besoin de centres plus petits de prĂ©paration pour la sortie des dĂ©tenus, que nous appellerons des SAS, des structures d’accompagnement vers la sortie. Ces SAS seront moins sĂ©curitaires et destinĂ©s Ă  l’annĂ©e de prĂ©paration Ă  la sortie pour les dĂ©tenus qui seront dans cette phase. Nous allons construire 2000 places de cette nature-lĂ . Nous avons aussi besoin de centres pĂ©nitentiaires qui accueilleront des dĂ©tenus dans un rĂ©gime de confiance, un peu comme ici oĂą les dĂ©tenus, par un contrat de confiance, ont une certaine libertĂ© d’action et de mouvement, mais si ce contrat est rompu, reviennent Ă©videmment Ă  des conditions de dĂ©tention classiques, plus sĂ©curitaires. Au fond, je dirais presque : Ă  chaque dĂ©tenu, son Ă©tablissement, ou, en tous cas, une situation de dĂ©tention adaptĂ©e. C’est mon ambition.

– Vu l’état de dĂ©gradation de la prison d’Ajaccio, est-il prĂ©vu de la rĂ©nover ou d’en construire une nouvelle ?
– Le prĂ©sident de la RĂ©publique a annoncĂ© la construction de 15 000 places de prison. 7 000 seront livrĂ©es d’ici Ă  2022 et 8 000 seront lancĂ©es d’ici Ă  2022. Cette projection est liĂ©e Ă  l’évolution des peines telles que nous allons la proposer au Parlement dans la loi que je vais porter d’ici Ă  quelques jours. Nous reconstruisons les peines et, donc,…Lire la suite