🇫🇷 Les sanctions contre les surveillants pénitentiaires sont elles légales ?

@actupenit.com

Plusieurs organisations syndicales dénoncent depuis des mois le traitement réservé à certains surveillants. 

Suite à la mobilisation du mois de janvier, l’Administration aurait requalifié des arrêts maladie et des agents auraient subi des retenues sur salaire qu’ils estiment injustifiées. Au centre de détention de Bapaume comme à la maison d’arrêt d’Arras, les sanctions tombent : de quelques jours de mise à pied aux retenues sur salaire (jusqu’à 1 000 € pour un officier surveillant de Bapaume). Mais pas seulement…

« Les retenues sur salaire sont normales. Ce qu’on conteste, c’est la remise en cause des arrêts de travail par l’administration », explique Étienne Merlin, conseiller pénitentiaire et syndicaliste. À la suite du conflit, des agents ont vu leur arrêt de travail pour maladie transformé par leur direction en absence injustifiée, affirment les syndicats. Ils ont donc subi une retenue sur leur salaire. Ils contestent la mesure par l’intermédiaire du Comité hygiène santé et conditions de travail ministériel (CHSCTD 62). Selon Martine Kempa, représentante CHSCTD 62 « Nous avons interpellé l’ensemble des acteurs (administratifs, pénitentiaires, ministériels, médicaux), aucun n’a donné d’explication ».

Ă€ Lire :  🇫🇷 Agen: Sophie Bleuet quitte l'ÉNAP et laisse quelques regrets...

L’instance dénonce « l’illégitimité de la réinterprétation des arrêts maladie par l’administration pénitentiaire ». Le 18 juin, un appel à la ministre de la Justice (et présidente du CHSTCM), a été lancé. Il est toujours sans réponse. La Voix du Nord