Les candidats au mĂ©tier de surveillant pĂ©nitentiaire ne se bousculent pas malgrĂ© la demande de l’administration pĂ©nitentiaire. 

PĂ´le emploi a organisĂ© ce mardi, Ă  Amiens, une rĂ©union d’information autour des mĂ©tiers de l’administration pĂ©nitentiaire. Près d’une cinquantaine de demandeurs d’emplois ont rĂ©pondu Ă  l’invitation. Alors que près de 2 000 emplois sont Ă  pourvoir en France, l’administration peine Ă  recruter. « Beaucoup de candidats s’inscrivent au concours mais ne se prĂ©sentent pas le jour de l’examen, comme s’ils avaient une certaine apprĂ©hension » regrette le formateur de la maison d’arrĂŞt d’Amiens. Il est vrai que pour un salaire de dĂ©part de 1 500 euros nets par mois, le mĂ©tier est loin de faire rĂŞver. Notamment par rapport aux risques liĂ©s Ă  la profession.

L’administration pénitentiaire offre également des opportunités autres, avec des postes à pourvoir pour des tâches administratives ou techniques, mais aussi comme conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation (CPIP). Courrier Picard