Deux surveillants et une surveillante de la maison d’arrĂŞt de Strasbourg ont Ă©tĂ© mis en garde Ă  vue hier dans les locaux de la sĂ»retĂ© dĂ©partementale du Bas-Rhin pour violences aggravĂ©es.

Les faits remontent au 28 octobre. Ils feraient suite Ă  une violente agression de deux agents. Un dĂ©tenu avait placĂ© une lame de rasoir sous la gorge d’une surveillante. Son collège arrivĂ© en renfort avait permis de mettre un terme Ă  l’agression mais les deux surveillants avaient Ă©tĂ© blessĂ©s de plusieurs coupures au bras. La scène s’Ă©tait dĂ©roulĂ©e dans une cellule occupĂ©e par quatre dĂ©tenus. L’agresseur avait Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  quatre ans de prison ferme et transfĂ©rĂ© Ă  la maison d’arrĂŞt d’Épinal.

Mais le 28 octobre, l’un de ses trois codĂ©tenus est invitĂ© Ă  sortir de la cellule par trois agents. L’un d’entre eux l’a sĂ©vèrement frappĂ© Ă  plusieurs reprises avant qu’il ne tombe au sol. Plusieurs coups lui seront Ă  nouveau donnĂ©s. Les deux autres agents n’auraient pas bougĂ©, mais ont assistĂ© Ă  la scène.

Le passage Ă  tabac a Ă©tĂ© filmĂ© par les camĂ©ras de vidĂ©osurveillance installĂ©es dans la maison d’arrĂŞt.

La garde a vue du surveillant de 39 ans soupçonnĂ© d’avoir portĂ© les coups a Ă©tĂ© prolongĂ©e hier soir. Il devrait ĂŞtre dĂ©fĂ©rĂ© ce jeudi matin au tribunal de grande instance de Strasbourg.

La garde à vue des deux autres agents a été levée mercredi dans la soirée.

Une enquête administrative a également été ouverte. DNA