Un homme Ă©tait jugĂ© par le tribunal correctionnel de Clermond-Ferrand ce mardi, suspectĂ© d’avoir frappĂ© un surveillant en 2015. 

Plus de trois ans se sont Ă©coulĂ©s entre l’agression et la condamnation du suspect. Le 14 juillet 2015, vers 19 heures, un surveillant de la maison d’arrĂŞt de Clermont­-Ferrand, dĂ©sormais fermĂ©e, quitte le parking de la prison au volant de sa voiture. L’homme, qui vient de terminer sa journĂ©e de travail et porte encore son uniforme, est abordĂ© par plusieurs jeunes. « Si on te file un billet, tu peux faire rentrer une plaquette de shit en prison ? », lui lance l’un des membres du groupe. « DĂ©gage ! », rĂ©pond le surveillant. Ce refus cinglant dĂ©plaĂ®t Ă  son interlocuteur, qui le frappe en retour. Bilan: traumatisme maxillaire et un jour d’ITT.

Dix longs mois passent. Jusqu’à ce que le même surveillant, muté entretemps à la nouvelle prison de Riom, tombe nez à nez avec un détenu fraîchement débarqué dans l’établissement. Cette fois, il en est certain : son agresseur est là, face à lui.

JugĂ© ce mardi, l’homme a Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  six mois d’emprisonnement ferme, avec mandat de dĂ©pĂ´t. La Montagne