đŸ‡«đŸ‡· Aiton: Un ancien CRS Ă  la tĂȘte de la prison

Olivier Guidi est le nouveau directeur du centre pĂ©nitentiaire d’Aiton. C’est son premier poste en tant que chef d’établissement aprĂšs avoir Ă©tĂ© adjoint Ă  Roanne. À 44 ans, il a aussi Ă©tĂ© CRS de 2003 Ă  2010.

Vous avez remplacĂ© Alain Reymond cet Ă©tĂ© Ă  la tĂȘte du centre pĂ©nitentiaire. De quelle maniĂšre pouvez-vous apporter votre “patte” ?

Dans l’administration pĂ©nitentiaire, il y a une cohĂ©rence institutionnelle et une cohĂ©rence opĂ©rationnelle. Il n’y a donc pas de bouleversement complet mĂȘme si j’ai une certaine latitude dans le management.

Votre passĂ© de CRS  influence-t-il votre maniĂšre de travailler aujourd’hui ?

J’ai Ă©tĂ© positivement marquĂ© par ma carriĂšre dans les CRS (2003 Ă  2010). C’est une grande et belle maison mais je n’en ai pas la nostalgie. Ce que j’en ai gardĂ© n’est pas directement en relation avec mes fonctions de directeur.

À Lire :  đŸ‡«đŸ‡· Brest: Le dĂ©tenu «fichĂ© S» avait fait la une des mĂ©dias lors de son Ă©vasion...

L’actualitĂ© du centre a Ă©tĂ© mouvementĂ©e en 2016 et 2017 avec une Ă©meute et un clip de rap tournĂ© par un dĂ©tenu avec un tĂ©lĂ©phone. Le rĂ©glement a-t-il Ă©voluĂ© suite Ă  cela ?

Pour ce qui est des tĂ©lĂ©phones Ă  l’intĂ©rieur de la prison, il n’y a pas eu de remise en cause de nos efforts car nous comprenons que nous n’arrivons pas Ă  tout intercepter. Mais notre volontĂ© est toujours de ne laisser aucune marge et les saisies sont trĂšs rĂ©guliĂšres. Pour ce qui est des Ă©meutes de 2016, les travaux ont Ă©tĂ© longs pour remettre en Ă©tat le quartier de la prison qui avait Ă©tĂ© dĂ©truit. Les dĂ©tenus y sont retournĂ©s dĂ©but 2018. Pour le reste, les actes de violence entre dĂ©tenus ou contre le personnel… La suite de l’entretien sur Le DauphinĂ©