Un surveillant pĂ©nitentiaire avait Ă©tĂ© arrĂŞtĂ© sur les Champs-ÉlysĂ©es lors de l’Acte II des gilets jaunes. Alors qu’il Ă©tait en possession d’un marteau lors de son arrestation, le fonctionnaire nie toute intention malveillante devant le tribunal correctionnel de Paris.

Ă‚gĂ© de 40 ans. L’ancien militaire et ancien membre des ERIS (Équipes RĂ©gionales d’Intervention et de SĂ©curitĂ©) exerçant actuellement en rĂ©gion parisienne comme surveillant pĂ©nitentiaire revendique sa participation Ă  la manifestation des gilets jaunes.

Il Ă©tait Ă©quipĂ© d’une cagoule, d’un masque de ski, de gants coquĂ©s et d’un marteau. Selon lui, ce dernier avait Ă©tĂ© ramassĂ© au pied d’une barricade.

DĂ©jĂ  suspendu Ă  titre provisoire par l’administration pĂ©nitentiaire et sous la menace d’un licenciement, le surveillant a Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  4 mois de prison avec sursis. Le Parisien