🇫🇷 Des espions dans les prisons : dans les coulisses du CIRP de Strasbourg [VIDÉO]

Le renseignement pénitentiaire, dernier né des services de renseignement français, va devenir une entité à part entière d’ici la fin du premier trimestre. Europe 1 a eu l’autorisation exceptionnelle de se rendre dans la cellule de la CIRP de Strasbourg.

Une porte blindĂ©e, au dĂ©tour d’un couloir de la Direction interrĂ©gionale des services pĂ©nitentiaires Grand-Est. « Zone protĂ©gĂ©e ». Accès restreint. Derrière se trouvent les locaux tout neufs de la CIRP, la Cellule interrĂ©gionale du renseignement pĂ©nitentiaire, avec cloisons de prĂ©fabriquĂ©, lino au sol et petites tables en contreplaquĂ©, gros ordinateurs et normes de sĂ©curitĂ© anti-intrusion maximum. A Strasbourg comme dans d’autres villes, ce dernier-nĂ© des renseignements français s’installe pour devenir, Ă  la fin du mois de mars une entitĂ© Ă  part entière. Europe 1 a pu visiter la cellule alsacienne.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Troyes: Après avoir regardĂ© un site gay sur son portable, un dĂ©tenu va subir les pires sĂ©vices

Les fenêtres des locaux donnent sur les hauts murs gris de la maison d’arrêt de Strasbourg, mais la dizaine d’agents travaillent pour toute la zone Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes : quelque 6.200 détenus et plus de 17.000 suivis en milieu ouvert (bracelets électroniques…), dont 24 détenus pour des faits de terrorisme islamiste (TIS) et une centaine de détenus de droit commun signalés comme radicalisés. Dans leurs radars également, les gros poissons du grand banditisme et ceux aux velléités d’évasion violente, que la sortie spectaculaire de Redoine Faïd l’été dernier a remis dans la liste de leurs priorités au titre de la sécurité pénitentiaire.

« En prison, tout se sait ». Tout le travail de la CIRP…. Lire la suite sur Europe 1