🇫🇷 Prisons: Y’aura t-il un « Acte 2 » du conflit des surveillants pĂ©nitentiaires ?

Le risque d’un nouveau front social dans les prisons françaises est palpable ces derniers jours. 

Suite Ă  la rĂ©ception au ministère des quatre organisations reprĂ©sentatives, la garde des sceaux leur a opposĂ© une fin de non-recevoir quant au passage en catĂ©gorie B des surveillants. Elle justifie ce choix en indiquant que « 36 % des personnes actuellement recrutĂ©es comme surveillants ne sont pas titulaires du baccalaurĂ©at ». Ce qui, selon elle, serait se priver d’un tiers des candidats au concours. Le second argument Ă©voquĂ© par l’Administration pĂ©nitentiaire est, qu’au bout d’un an, un surveillant stagiaire va toucher 1980 Euros net en 2019 s’il fait 22 heures supplĂ©mentaires par mois. Un calcul contestĂ© par les organisations syndicales.

L’ÉlysĂ©e et Matignon sont trĂ©s inquiets. Selon Le Monde, un membre de l’entourage de Nicole Belloubet reconnait « ils savent qu’il y a un risque de conflit social et un risque politique derrière ». Les manifestations des Gilets jaunes jouent Ă©galement en leur faveur, en effet la police et la gendarmerie Ă©tant fortement sollicitĂ©s, il n’y aurait pas assez d’effectifs pour dĂ©bloquer les prisons ni pour remplacer les surveillants comme ce fut le cas en janvier 2018. Affaire Ă  suivre, l’entente syndicale ayant annoncĂ© se rĂ©unir ce lundi…