Le 30 mars 2017 les gendarmes du GIGN intervenaient sur un détenu évadé de la prison de Vivonne.

Ils intervenaient dans la ferme des parents du dĂ©tenu, L’homme s’Ă©tait rĂ©fugiĂ© dans un coin obscur de la propriĂ©tĂ©. MalgrĂ© les sommations et les tirs de taser, l’homme a continuĂ© Ă  avancer armĂ© d’un couteau. Les gendarmes l’ont abattu de cinq tirs dans le thorax.

Les deux militaires avaient Ă©tĂ© mise en examen 2017 pour violences volontaires ayant entraĂ®nĂ© la mort sans intention de la donner avec usage d’une arme. Le juge d’instruction de Blois avait ordonnĂ© un nom lieu mais la famille de la victime avait fait appel.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel d’OrlĂ©ans a donc confirmĂ© le non-lieu, confirmant ainsi la lĂ©gitime dĂ©fense des deux membres du GIGN de jouĂ©-les-Tours. France Bleu.