đŸ‡«đŸ‡· Deauville: Une gendarme privĂ©e des jours de repos offerts par ses collĂšgues pour s’occuper d’un enfant handicapĂ©

Une gendarme reprochait Ă  sa hiĂ©rarchie de s’ĂȘtre opposĂ©e au don, par ses collĂšgues, de plusieurs jours de permissions pour s’occuper de son fils, lourdement handicapĂ©. 

La militaire de la compagnie de gendarmerie de Deauville dans le Calvados a Ă©tĂ© dĂ©boutĂ©e par la justice. Comme le relate le site Actu.fr, dans son jugement, rendu le 1er fĂ©vrier 2019 mais communiquĂ© Ă  la presse rĂ©cemment, le tribunal estime en effet que « le bĂ©nĂ©fice de dons de jours (
) n’apparaĂźt pas nĂ©cessaire » dans le cas de la militaire, qui est affectĂ©e dans les Yvelines depuis l’étĂ© dernier Au moment des faits, en janvier 2016, la mĂšre de famille disposait encore de 42,5 jours de permission.

À Lire :  đŸ‡«đŸ‡· Vienne : À bord d’un vĂ©hicule volĂ©, il percute les gendarmes et prend la fuite

Lors de l’audience, le 17 janvier 2019, le rapporteur public, dont le rĂŽle est de conseiller les juges administratifs dans leur dĂ©cision, dont l’avis est la plupart du temps suivi par le tribunal, avait pourtant suggĂ©rĂ© de donner raison Ă  la requĂ©rante. Dans ses conclusions, le magistrat s’était notamment Ă©tonnĂ© des « explications alambiquĂ©es » du ministĂšre de l’IntĂ©rieur pour justifier sa dĂ©cision, qui vont Ă  l’encontre d’une « solidaritĂ© spontanĂ©e entre agents ».