Le 2 aoĂ»t 2017, l’adjudant-chef François Woignier, est tuĂ© lors d’un exercice de prĂ©paration Ă  une opĂ©ration extĂ©rieure, au troisième rĂ©giment parachutiste d’infanterie de marine de Carcassonne, la ministre des armĂ©es a adressĂ© une fin de non-recevoir au père du militaire pour la reconnaissance de son fils en tant que « morts pour le service de la Nation ».

« Je ne comprends pas pourquoi on accorde le statut aux uns et pas aux autres. Et pas Ă  mon fils. C’est une question de principe » explique indignĂ© le père du militaire. Lors de l’accident, un vĂ©hicule blindĂ© de 13 tonnes dans lequel il Ă©tait embarquĂ© se retourne sur le militaire de 37 ans, après que son conducteur en a perdu le contrĂ´le. Le chemin Ă©tait ravinĂ© et dangereux.

Après des mois de discussion, Martin Briens, le directeur de cabinet de la ministre des ArmĂ©es, Florence Parly, a adressĂ© Ă  sa famille, le 20 fĂ©vrier, une fin de non-recevoir, au nom de sa patronne. « ConformĂ©ment Ă  la rĂ©glementation en vigueur, il n’est pas possible de rĂ©server une suite favorable Ă  votre demande« , Ă©crit le collaborateur ministĂ©riel dans sa missive. Les dĂ©cès lors d’exercices militaires ne sont pas couverts par ce statut, a estimĂ© Florence Parly, qui dispose d’un pouvoir d’apprĂ©ciation discrĂ©tionnaire sur ces questions. Plus d’infos sur Marianne