Une famille de détenu de Condé-Sur-Sarthe avait saisi la justice, suite à la fouille pratiquée par les surveillants au niveau du parloir.

La femme avait Ă©tĂ© obligĂ©e de retirer son voile afin d’accĂ©der Ă  sa visite.

La palpation des familles est également autorisée par une note de service au centre pénitentiaire.

Fin mars, l’Ă©pouse du dĂ©tenu avait saisi le tribunal administratif mais celui-ci a rejetĂ© sa demande, invoquant des « impĂ©ratifs de sĂ©curité ».

Son avocat a dĂ©cidĂ© de se pourvoir en cassation devant le Conseil d’État. Il regrette que le tribunal ne se soit pas plus prononcĂ© quant au caractère public des fouilles, en opposition avec la confession de certaines Ă©pouses. Ouest-France.