🇫🇷 Orléans-Saran: Une surveillante avait noué une relation intime avec un détenu, « Je me suis enfermée dans le mensonge et ma connerie »

Une jeune surveillante tout juste titularisée du centre pénitentiaire de Saran a été jugé par le tribunal correctionnel d’Orléans.

Il est reprochĂ© Ă  la surveillante de 24 ans d’avoir fait entrer en prison des tĂ©lĂ©phones, de la rĂ©sine de cannabis et de l’alcool pour Yassin El Hana, avec lequel elle avait nouĂ© une relation intime. Ce dĂ©tenu, qui, selon La RĂ©publique du Centre, a Ă©tĂ© condamnĂ©, en novembre 2015, pour apologie du terrorisme et est dĂ©tenu depuis deux ans et demi dans le cadre d’une procĂ©dure pour viols sur conjoint dont il doit rĂ©pondre, fin juin, devant la cour d’assises du Loiret. C’est Ă  la soeur du dĂ©tenu avec qui la surveillante a nouĂ© des liens privilĂ©giĂ©s, au point que les deux femmes se sont considĂ©rĂ© comme « des belles-soeurs », que la fonctionnaire rĂ©cupĂ©rait les tĂ©lĂ©phones, la drogue et l’alcool.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Nicole Belloubet envisage la crĂ©ation d'une "quinzaine" de prisons ouvertes

La prĂ©sidente du tribunal en rendant son jugement s’addresse Ă  la surveillante, « vous avez prĂŞtĂ© serment et vous avez crachĂ© sur ce serment. Ce que vous avez fait, Madame, est inadmissible ». Elle la condamne Ă  dix-huit mois de prison, dont douze assortis d’un sursis avec mise Ă  l’épreuve et l’interdiction dĂ©finitive d’exercer le mĂ©tier de surveillante. La soeur du dĂ©tenu est condamnĂ©e Ă  douze mois de prison, dont six avec sursis et le dĂ©tenu quant Ă  lui est condamnĂ© Ă  trois ans de prison ferme.