🇫🇷 Metz : L’État condamné après une défaillance fatale qui coûtera la vie à un détenu

L’État a Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  indemniser la famille d’un dĂ©tenu dĂ©cĂ©dĂ© d’un malaise cardiaque au centre pĂ©nitentiaire de Metz.

Le dimanche 31 mars 2013, il est 22h40 quand un dĂ©tenu se met Ă  tousser violemment. Il a dĂ©jĂ  subi quatre infarctus et souffre de graves problèmes cardiaques. Ce soir-lĂ  il s’arrĂŞte brutalement de respirer et perd connaissance. Son codĂ©tenu, en panique, tente de le rĂ©animer mais n’y parvient pas. Il tente ensuite de joindre un surveillant en sonnant Ă  l’interphone. Mais personne ne lui rĂ©pond.

Il se met finalement Ă  tambouriner Ă  la porte et Ă  appelĂ© au secours. AlertĂ© par les cris, un dĂ©tenu d’une cellule voisine saisit son tĂ©lĂ©phone portable, pourtant interdit en dĂ©tention et compose le 18. Ă€ 23h45, les pompiers se prĂ©sentent devant la porte de l’Ă©tablissement. Mais comme les surveillants n’avaient pas fait appel Ă  leur service, l’accès Ă  l’Ă©tablissement leur a Ă©tĂ© refusĂ© comme le veut la procĂ©dure.

Ă€ Lire :  🇫🇷 CondĂ©-sur-Sarthe : JugĂ© en appel pour violences envers des surveillants et apologie du terrorisme, un dĂ©tenu voit sa peine rĂ©duite...

Suite aux informations des pompiers, un surveillant se rendra sur la coursive pour vĂ©rifier Ă  l’oeilleton de la cellule ce qui se passe. C’est Ă  ce moment-lĂ  qu’il voit le dĂ©tenu allongĂ© au sol. Les pompiers finissent par rentrer dans l’Ă©tablissement, mais il est dĂ©jĂ  trop tard. L’homme est mort depuis un bon moment.

Le tribunal Administratif de Strasbourg vient de condamner l’administration pĂ©nitentiaire Ă  verser Ă  titre du prĂ©judice moral, prĂ©s de 15 000 € Ă  l’Ă©pouse, la fille et les petits enfants du dĂ©tenu dĂ©cĂ©dĂ©.

Le mauvais paramĂ©trage des interphones reliant les cellules au poste de sĂ©curitĂ© serait Ă  l’origine direct de l’arrivĂ©e tardive des secours. Une faute de nature Ă  engager la responsabilitĂ© de l’État, a tranchĂ© le tribunal. Le Point